cfertois_logo

Samedi 1er février à 11h

Rejoignez-nous sur le site de la Petite Brosse
à Jouarre,
pour installer de nouveaux panneaux
 

Pourquoi ?

Parce que la trêve est bien terminée. Certains événements et déclarations le prouvent.
Nous devons continuer à nous mobiliser !

  • Le 13 janvier, Total investit 1,6 millions de dollars afin de pouvoir explorer et exploiter des hydrocarbures non conventionnels en Grande-Bretagne. 
  • Le 22 janvier, la Commission européenne a adopté une recommandation concernant la technique de fracturation hydraulique.
  • Le 23 janvier, Arnaud Montebourg déclare “vouloir convaincre François Hollande d’avancer sur la recherche de techniques propres à l’exploitation écologique du gaz de schiste” 
  • Le 24 janvier, Christophe de Margerie (pdg de Total) déclare, en marge des rencontres de Davos: “Peut-être que l’exemple de la Grande-Bretagne, si on arrive à démontrer que l’on peut faire les choses proprement, permettra à la France de prendre une autre décision”.
  • A côté de chez nous, Vermilion fait une demande de concession (dite concession de la Conquillie). Son périmètre s’étend sur 36 km2 entre Bannost-Villegagnon, Bézalles, Boisdon, Chenoise, Jouy-le-Châtel et Saint-Hilliers, au nord-ouest de Provins. L’enquête publique, préliminaire à l’attribution de la concession, se déroule jusqu’au 8 février. Bien évidemment, dans aucun des documents mis à disposition du public, il n’est question de pétrole de schiste ! Toutefois, cette concession faisant suite au permis de recherche dit permis de Saint-Just-en-Brie nous sommes en droit de nous questionner. En 2012, le permis de Saint-Just-en-Brie avait été identifié par le CGIET(1) comme un permis ayant exclusivement pour but le pétrole de schiste. Par ailleurs, on pouvait lire, en 2011, dans le rapport « Chanteguet » que Vermilion envisageait d’avoir recours à la fracturation hydraulique dans le cadre du permis de Saint-Just-en-Brie (2).
    Que cherche exactement Vermilion? Les documents publics concernant la concession de la Conquillie ne font pas mention des objectifs géologiques. Peut-on raisonnablement penser qu’ils puissent différer des objectifs du permis de Saint-Just? La loi Jacob a modifié les règles du jeu mais la géologie, elle, n’a pas changé! 

Télécharger > le communiqué de presse  > le tract 

(1) les hydrocarbures de Roche-Mère, rapport du CGIETT, février 2012, page 25
(2) rapport de la commission du développement durable de l’Assemblée Nationale (rapport nº 3392), mai 2011, page 25.