lundi 26 octobre 2015

Jouarre. Pétrole : Vermilion a démonté sa plate-forme

Le pétrolier a procédé début octobre à la remise en état de sa plate-forme créée, à La Petite Brosse, sur le permis de Château-Thierry.

Durant plusieurs jours, début octobre, les riverains et les automobilistes qui fréquentent tous les jours, à Jouarre, le secteur du site de la Petite Brosse ont pu apercevoir des travaux en cours sur la plate-forme et croiser le va-et-vient des camions. Et chacun de se demander ce qui pouvait bien à nouveau se passer sur ce chantier. Nous avons interrogé le pétrolier canadien sur ses intentions.

www.lepaysbriard.fr > lire l'article complet

Posté par boucheaoreille77 à 00:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


jeudi 22 octobre 2015

Le gouvernement prépare la relance des mines et de l’exploitation d’hydrocarbures

Alors que l’État français vient d’accorder trois nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures et d’en prolonger deux autres, un projet de loi de réforme du code minier vise, selon l’auteur de cette tribune, à faciliter l’exploitation du sous-sol.

Article de Claude Taton est membre du réseau Frack Free Europe, qui milite pour une interdiction des méthodes de fracturation hydraulique

Reporterre > lire l'article complet

mercredi 14 octobre 2015

Réunion publique du Collectif du Pays Fertois

A vos agendas et autres calendriers… 

Nous nous retrouverons le 

4 novembre à 20h

à la salle Saint-Paul à Jouarre. 

On aurait pu penser que l'imminence de la COP21 aurait calmé le jeu en matière de signature de nouveaux permis de recherche d'hydrocarbure. 

Il n'en n'est rien ! Ségolène Royal vient d'octroyer trois nouveaux “permis exclusifs de recherche d'hydrocarbure” (PERH). 

L'un d'entre eux se trouve dans notre région. Il s'agit du permis de Champfolie. L'heureux bénéficiaire est … Vermilion. 

Par ailleurs le préfet de Seine-et-Marne vient d'autoriser le même Vermilion à effectuer 30 nouveaux forages sur la concession de Champotran…
Quand on sait que la concession de Champotran s'étend sur 90 km2, 30 nouveaux forages, ça fait beaucoup!!!

Quel est l'intérêt d'un nouveau permis à l'heure où le prix du baril est toujours au plus bas, à l'heure où il y a une surproduction de pétrole dans le monde, à l'heure où les banques américaines commencent à “désinvestir” ce secteur, à l'heure où les entreprises pétrolières américaines ont licencié plus de 200.000 salariés depuis le début de l'année? Nous évoquerons toutes ces questions lors de la prochaine réunion du 4 novembre.

Notez aussi dans vos agendas: le 29 novembre, à Paris, une grande marche internationale pour une justice climatique est organisée par plus de 150 organisations, collectifs, ong, etc. Cette marche a pour objectif de rappeler aux dirigeants du monde entier que les mesures qu'ils envisagent sont dérisoires au regard des enjeux réels. 

Les collectifs s'opposant à l'exploration/exploitation du pétrole et du gaz de schiste y ont leur place !!!

Merci de faire tourner cette information sur vos réseaux.

samedi 10 octobre 2015

Lettre imaginaire de collectifs anti-gaz de schiste à la Ministre de l’Écologie et de l’Énergie Ségolène Royal

Voilà ce que diraient à la Ministre de l’Écologie, si elle prenait 15 minutes pour les écouter, des citoyens engagés depuis 2011 dans des collectifs locaux de France. A la veille de la Conférence Mondiale sur le Climat c’est business as usual, le gouvernement délivre des permis de recherche d’hydrocarbures et communique pour dire qu’il ne souhaite pas qu’on autorise les travaux…

Madame la Ministre,

Le 21 septembre dernier, vous et Mr le Ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, avez accordé trois nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux (permis de Champfolie en Seine-et-Marne, d’Herbsheim dans le Bas-Rhin et d’Estheria dans la Marne). […]

Pour mémoire, entre 2009 et 2011, plusieurs documents déposés par les entreprises pétrolières concernées, évoquaient sans ambiguïté la recherche d’hydrocarbures non conventionnels et faisaient état de leur savoir-faire en matière d’exploitation de pétrole ou de gaz de schiste. Certes, ces mêmes entreprises ont signé, depuis la loi Jacob de juillet 2011, un document par lequel elles s’engagent à respecter la loi, en ne procédant pas à des fracturations hydrauliques.

Mais les objectifs géologiques, eux, n’ont pas changé ! Avant la loi Jacob, la plupart de ces projets avaient des objectifs géologiques non conventionnels. Par quel artifice, en 2015, ces objectifs non conventionnels sont-ils devenus conventionnels ?

En 2014, lors des débats de la Commission spéciale de l’Assemblée nationale, chargée d’examiner le projet de loi relatif à la transition énergétique, vous aviez évoqué au sujet des hydrocarbures non conventionnels, les “dommages graves en terme de santé publique causés aux riverains” et la “dégradation de l’environnement avec l’abandon des puits de gaz de schiste lorsqu’ils seront épuisés”. Le 28 septembre 2014, sur Europe 1, vous déclariez : “Pas d’exploitation de gaz de schiste tant que je serai là”. Vous aviez alors qualifié cette énergie de “bulle spéculative” qui “ne va rien rapporter du tout”. […]  Vous aviez ajouté: “Tant que je serai ministre de l’Écologie, il n’y aura pas d’exploitation de gaz de schiste en France. Tout doit être dirigé vers l’économie d’énergie et les énergies renouvelables.” Vous aviez également exprimé (en 2007) votre attachement à la parole et à l’expertise citoyennes affirmant que “l’expertise citoyenne est précieuse si l’on veut prendre les bonnes décisions…” tout en précisant que les citoyens sont “les meilleurs experts de ce qu’ils vivent”.

Mais, concrètement, qu’en est-il ?

Déjà en septembre 2014, plusieurs collectifs citoyens, ayant acquis une réelle expertise depuis 5 ans sur le dossier des « pétrole, gaz de schiste et gaz de couche », afin de vous alerter, vous ont adressé des courriers. Vous n’avez jamais donné suite ! Pourquoi déjà à cette époque, ni pour les demandes d’attributions de nouveaux permis (Dormans, Gastins, etc…), ni pour les demandes de renouvellement des permis de Mairy, Château-Thierry, etc. ni pour la demande de mutation de la Folie de Paris, n’aviez-vous accepté de rencontrer ces citoyens qui vous proposaient de partager leurs expertises?

En septembre 2015, un an plus tard, l’Histoire se répète ! Sur France 5, le 3 octobre 2015, vous déclarez même, en seule réponse aux protestations des collectifs citoyens et d’autres associations à propos de ces attributions: « Ma conviction profonde et ma volonté, c’est que ces autorisations ne soient pas transformées en travaux… Une autorisation de recherche n’est pas une autorisation de travaux : entre les deux, il va falloir une étude d’impact sur l’effet sur l’environnement, une enquête publique auprès de la population ».

Mais savez-vous, Madame la Ministre, que tous les forages récemment autorisés par les préfets ont été précédés d’une notice d’impact (et pas d’une étude d’impact) et d’une enquête publique qui n’a qu’un rôle consultatif?

Allez-vous donner, Madame la Ministre, les directives au Préfet de l’Essonne, afin qu’il n’autorise pas les 10 nouveaux forages demandés par la société Vermilion et prendre ainsi, en considération, l’avis de la population, des élus et du commissaire enquêteur qui se sont déclarés largement défavorables à ces forages?

Savez-vous, Madame la Ministre, qu’une fois un permis octroyé, il est reconductible deux fois (par vous-même ou votre successeur) engageant ainsi l’État pendant 15 ans?

Savez-vous que lorsque vous octroyez un permis, il est suivi d’un permis à exploiter (également appelé concession) quasi automatiquement ?

Savez-vous, Madame la Ministre, que pour octroyer un permis il faut que l’entreprise soit capable financièrement et techniquement ? “Nul ne peut obtenir un permis exclusif de recherches s’il nechamp-gaz-schiste possède les capacités techniques et financières nécessaires pour mener à bien les travaux de recherches” (Article L122-2 du Code Minier nouveau). Or, savez-vous que la Sté BlueBach, bénéficiaire du permis d’Herbsheim, est une entreprise à 8378 € de capital social, n’ayant jamais pris la responsabilité d’aucun forage jusqu’à maintenant ?

Savez-vous que vous avez octroyé par mutation un permis (La Folie de Paris) à Concorde Energie, entreprise à 1000 € de capital social et que vous auriez pu refuser de signer cette mutation?

Vous avez indiqué également sur France 5 que «le projet de loi sur la réforme du code minier qui sera débattu à l’assemblée nationale au mois de janvier, donnera des bases juridiques permettant au gouvernement de s’opposer à des recherches d’hydrocarbures qui ne sont absolument pas fondées».

Mais savez-vous, Madame la Ministre, qu’il n’y a nulle part, dans ce nouveau code minier, de définition pour « les recherches d’hydrocarbures qui ne sont pas fondées »?

[…]

Vous avez également indiqué sur France 5 que quatre permis avaient été refusés. Pouvez-vous nous indiquer de quels permis il s’agit ? Nous aurions ainsi la possibilité d’avoir des dossiers les plus à jour possible, car nous prenons très à cœur la qualité des informations que nous collectons. Ces refus de permis ne nous semblent pas avoir fait l’objet d’une publication officielle par les services de votre Ministère.

A la veille de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique à Paris, le gouvernement encourage donc la poursuite des investissements dans la recherche de nouveaux gisements d’hydrocarbures sur le territoire français. Une décision qui entre en contradiction avec les recommandations des scientifiques, qui ont clairement établi qu’il fallait geler 80 % des réserves actuelles prouvées d’hydrocarbures, pour avoir une chance raisonnable de ne pas dépasser les 2°C de réchauffement climatique d’ici la fin du siècle.

Partout dans le monde, l’urgence climatique est à l’ordre du jour. Que valent donc les promesses du Président François Hollande et des négociateurs français d’obtenir un « accord historique » à Paris et de « tout faire » pour rester en deçà des 2°C, si c’est pour entretenir cette fuite en avant extractiviste et les crimes climatiques qui en découlent?

La France doit montrer l’exemple en décembre à Paris lors du sommet pour le climat. Le signal que vous et le gouvernement français donnez, n’est pas celui que nous, collectifs citoyens opposés à l’exploitation des gaz et pétrole de schiste et gaz de couche, sommes en droit d’attendre.

Madame la Ministre,
les collectifs citoyens français contre l’exploitation des pétrole, gaz de schiste et gaz de couche vous demandent instamment, une nouvelle fois :
– de ne signer aucun nouveau permis d’exploration,
– de ne signer aucun renouvellement de permis,
– de ne signer aucune mutation de permis exclusif de recherches d’hydrocarbures.

Lire la lettre intégrale sur le site de stopgazdeschiste.org

Posté par boucheaoreille77 à 23:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

COP21 - Marche mondiale pour le climat le 29 novembre

Le 29 novembre 2015, le jour de l'ouverture de la COP 21, les citoyens du monde entier qui s'inquiètent du dérèglement climatique descendront dans la rue pour se faire entendre de nos responsables politiques.

masque-stop-gaz-de-schisteLes scientifiques considèrent qu’au-delà d'une augmentation de la température moyenne annuelle de l'atmosphère de + 2°C à la fin du siècle, le dérèglement climatique pourrait s’emballer avec des conséquences catastrophiques. La tendance actuelle de la hausse de la température mondiale nous mène tout droit vers une augmentation désastreuse de + 4,8°C en 2100.

L'organisation de cette marche est en cours. Notez dès maintenant cette date dans vos agendas. Plus nombreux nous serons...

Les collectifs anti schiste se préparent également pour intégrer cette marche, qui, à cette occasion, seront munis de masques. Infos à suivre. 

Le collectif du Pays Fertois prépare une réunion publique très bientôt et y abordera le sujet.

A lire aussi > Reporterre > La société civile prépare une COP 21 pleine de rebondissements

Posté par boucheaoreille77 à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


jeudi 8 octobre 2015

Gaz et pétrole de schiste : Royal et Macron accordent des permis de recherche... à deux mois de la COP 21 !

À quelques semaines du lancement de la COP 21, la ministre de l’Ecologie et celui de l’Economie ont autorisé de nouvelles concessions de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux en métropole.

Le 29 septembre 2015, le Journal officiel publiait trois arrêtés ministériels signés par Ségolène Royal octroyant trois nouveaux permis exclusifs de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux.

Il s’agit des permis de Champfolie (Seine-et-Marne), d’Esthéria (Marne) et d’Herbsheim (Bas-Rhin). Les bénéficiaires de ces permis sont respectivement les entreprises Vermilion, Lundin et Bluebach.

Le permis de Champfolie avait été demandé par Vermilion en 2009, à une époque où la fracturation hydraulique n’était pas remise en question. Il est accordé aujourd’hui. La géologie a-t-elle changé entre temps ? Quel est l’intérêt d’un permis de recherche de 120 km2 pour une entreprise qui détient déjà 13 permis ? Pourquoi Vermilion dépose-t-il régulièrement de nouvelles demandes de permis (26 à ce jour) ? Comment expliquer la nouvelle autorisation faite à Vermilion par le préfet de Seine-et-Marne de procéder à 30 nouveaux forages sur une concession (Champotran) ne faisant que 90 km2 ? Comment expliquer la demande d’autorisation faite par Vermilion de 10 nouveaux forages sur la concession de Vert-le-Grand ? Comment expliquer l’autorisation de deux nouveaux forages sur le permis de Saint-Just-en-Brie malgré les oppositions exprimées des membres du conseil municipal sur les registres de l’enquête publiqueau printemps dernier ?

Isabelle Lévy du Collectif Pays Fertois > lire l'article complet dans Reporterre

mercredi 30 septembre 2015

Jouy-le-Châtel : Vermilion autorisé à forer 30 nouveaux puits

L’attrait de Vermilion pour le sous-sol de la Brie s’aiguise d’année en année. L’entreprise canadienne, premier producteur de pétrole en France qui extrait la moitié du pétrole de l’Hexagone soit 9 000 barils par jour, vient d’obtenir l’autorisation pour se développer encore davantage.

Le Parisien > lire l'article complet

Posté par boucheaoreille77 à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Vermilion désormais seul propriétaire du permis de Château-Thierry

Dernières nouvelles sur le permis de Château-Thierry et sur la problèmatique de l'extraction des gaz et huiles de schiste et gaz de houille:

la Sté pétrolière Hess Oil a été absorbée par Vermilion et porte désormais le nom de Vermilion Louise. Bertrand Demont, qui en était le dirigeant, ne fait plus partie du personnel , ni Guillaume Defaux qui était en charge de la communication, entre autres.

Vermilion est donc désormais le seul détenteur du permis de Château-Thierry et le seul interlocuteur.

La demande de prolongation du permis de Château-Thierry pour sa deuxième période est toujours en cours d'instruction dans les services du Ministère.

Ségolène Royal, depuis son arrivée, a malheureusement déjà signé des autorisations de prolongation de permis. En particulier,  le permis dit  de "La Folie de Paris" où elle a signé à la fois, une mutation au profit d'un nouvel opérateur et une prolongation. La coordination nationale des collectifs français anti-gaz et huiles de schiste et de houille a réagi : sous l'égide des Amis de la Terre, elle a  déposé un recours gracieux suivi d'un recours contentieux devant le tribunal administratif de Cergy. L'affaire n'a pas encore été jugée.

Collectif Carmen > lire l'article complet

Le gouvernement français accorde de nouveaux permis d’exploration pétrolière

Les ministres de l’Écologie, Ségolène Royal, et de l’Économie, Emmanuel Macron, viennent d’accorder trois nouveaux permis de recherches d’hydrocarbures liquides ou gazeux. Ils se situent en Seine-et-Marne, dans le Bas-Rhin et dans la Marne. Les deux ministres ont également prolongé deux autres autorisations jusqu’à fin 2018, en Moselle et sur l’île de Juan de Nova, en « terres australes et antarctiques françaises », entre Madagascar et le Mozambique. Ces cinq arrêtés ont été délivrés le 21 septembre. Ils marquent une nette inflexion du gouvernement en la matière, lui qui s’était jusqu’ici gardé d’accorder de trop nombreux permis.

L’entreprise pétrolière canadienne Vermilion Energy se voit attribuer le permis de Champfolie. Elle étend ainsi sa concession près de Chaunoy, un des plus importants gisements de pétrole exploité dans la région Ile-de-France. À terme, l’entreprise mise sur un assouplissement de la législation interdisant l’utilisation de la fracturation hydraulique : « On espère pouvoir démontrer que cette technique est respectueuse des règles de l’administration française et de l’environnement », affirmait Vermilion.

Bastamag > lire l'article complet

samedi 26 septembre 2015

Rien ne va plus pour le gaz de schiste

Fermeture de centaines de puits, suppression de milliers d'emplois : avec la baisse du prix du baril de pétrole, le gaz de schiste a pris un sacré coup sur la tête.

Les zones d'exploitation pétrolières du Texas - l'un des principaux états américains où l'on exploite le schiste - sont aujourd'hui désertées par les aventuriers qui étaient venus chercher fortune dans la ruée vers l'or noir (le pétrole de schiste). Depuis la chute du prix du pétrole, bon nombres de puits ne sont plus rentables, compte tenu de leur condition d'exploitation qui est plus coûteuse que les techniques traditionnelles. Par rapport au pic d'octobre 2014, quand la bulle du schiste était la plus gonflée, on a donc fermé 40% des puits aux États-Unis.

RTL > lire l'article complet

Posté par boucheaoreille77 à 09:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,