vendredi 9 janvier 2015

Nous sommes Charlie…

Sans la presse, sans la liberté de la presse, sans les journalistes, l'activité du collectif du Pays-Fertois n'aurait pas été relayée comme elle a pu l'être jusqu'à ce jour. Le combat que nous menons aurait été "tué dans l'oeuf" si tous ces journalistes courageux ne s'en étaient pas emparés pour le faire connaître, l'expliquer, le diffuser. 

C'est à ce titre que nous reproduisons cet article paru mercredi 7 janvier 2015 dans Actu Environnement, Altermondes, Arrêt sur images, Basta Mag, Global Magazine, Huffington Post, JNE, Libération, Mediapart, Politis, Regards, Reporterre, Rue 89, Terra Eco, We Demain.

C’est l’horreur qui nous a saisis, ce matin, quand l’incroyable nouvelle est survenue : un attentat sanglant contre Charlie Hebdo, des hommes armés, douze morts, près de vingt blessés. L’horreur, qui nous abasourdit. Et nous laisse sans mots.

L’amitié, ensuite, pour ceux et celles que nous connaissons et que nous aimons, et pour ceux et celles que nous ne connaissons pas. La douleur pour les morts, la désolation pour les blessés, l’amitié et le désir de réconfort pour leurs proches, leurs amis, leurs enfants. Comment vous dire qu’on est avec vous, avec notre tendresse et notre impuissance ? Mais nous sommes avec vous, de tout notre cœur.

Et puis la détermination. Ce sont des journalistes qu’on a voulu tuer, c’est la presse qu’on a voulu abattre, c’est la liberté qu’on a voulu détruire. Eh bien, nous le disons : nous ne céderons pas. Dans les temps difficiles d’aujourd’hui, et les jours sombres qui se profilent, il est vital que la liberté continue, s’exprime, s’affirme. Nous continuerons notre travail d’information et de témoignage, avec encore plus de détermination et d’énergie que jamais.

Fabrice Nicolino a été blessé lors de cet attentat. Nous sommes nombreux à lire ses chroniques (dans Charlie Hebdo, sur son blog ou sur le site de Reporterre). Nous lui souhaitons le meilleur rétablissement possible. Comme l'a écrit Reporterre: “Fabrice, on pense à toi, reviens vite”.

23604_une

Lien vers reporterre http://reporterre.net/Horreur-amitie-determination

Lien vers Actu-environnement: http://www.actu-environnement.com/ae/news/charlie-hebdo-23604.php4

Lien vers Terra eco: http://www.terraeco.net/

Posté par isa_jouarre77 à 04:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]


lundi 17 novembre 2014

Ce soir, (lundi 17/11), sur France 3: la Démocratie Fracturée

France 3 diffuse ce soir à 23:35 le documentaire de Laure Noualhat, La Démocratie Fracturée.

Certes, il faudra veiller tard pour voir ce documentaire. C'est l'un des documentaires réalisés ces mois derniers. 

A voir ou à revoir ! 

Posté par isa_jouarre77 à 12:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 4 novembre 2014

C'est Bloomberg qui le dit...

Il y a quelques jours, on pouvait lire l'article suivant sur le site de Bloomberg. Un article qui vaut son pesant d'or !

En effet, il a été écrit par quatre journalistes de Blooomberg, un groupe qui n’est, à notre connaissance, ni un dangereux gauchiste anti-capitaliste, ni un décroissant fâcheux, ni un écolo masqué. Non, Bloomberg est “un groupe financier américain spécialisé dans les services aux professionnels des marchés financiers et dans l'information économique et financière […] emploie en 2008, plus de 10 000 employés répartis dans plus de 130 pays. » (Wikipedia)

Aux Etats-Unis, les entreprises pétrolières cotées en bourse doivent déclarer chaque année la valeur de leurs « réserves prouvées » à la SEC
La SEC, c'est  “l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers. C'est en quelque sorte le « gendarme de la Bourse » américain,[…] Les lois et réglementations financières qui régulent le marché financier aux États-Unis proviennent du principe que tout investisseur, institutionnel ou privé, doit avoir accès à un minimum d’informations avant d’acheter et pendant toute la durée de détention des actions.” (wiki)
A la suite du premier choc pétrolier (1973), les entreprises pétrolières américaines ne peuvent pas exporter de pétrole brut produit sur le sol américain (et on nous dit que Suez va importer du gaz américain !!!). Cela fait suite à l’embargo des pays arabes à l’encontre des USA, en 1973. Les pétroliers exploitant le pétrole de schiste aimeraient obtenir l’autorisation d’exporter ce pétrole qu’ils espèrent vendre à un prix supérieur au prix du marché intérieur américain. 

_______ article de Bloomberg  _________

Nous sommes assis sur 10 milliards de barils de pétrole ! Bon, d’accord, sur deux milliards de barils!
Le PDG de Marathon Oil a dit à ses investisseurs le mois dernier que l’entreprise était assise sur l’équivalent de 4,3 milliards de barils correspondant aux terrains exploitables qu’elle détient aux USA
Ce chiffre est 5,5 fois plus important que ce que Marathon a déclaré aux autorités fédérales. 
Ces écarts sont monnaie courante dans l’industrie pétrolière « schisteuse » aux Etats-Unis. 
Les pétroliers font appel à des chiffres plus importants pour vendre le boom de la fracturation à leurs investisseurs et pour persuader les autorités de lever l’interdiction d’exporter le pétrole brut, interdiction qui dure depuis 39 ans. 
62 pétroliers sur 73 ont déclaré un chiffre différent à la SEC et à leurs investisseurs, selon les données compilées par Bloomberg. 
Par exemple, Pioneer Natural Resources a donné un chiffre 13 fois supérieur, Goodrich Petroleum Corp a multiplié par 19 et Rice Energy Inc par 27!

Pioneer Natural Resources a déclaré à ses investisseurs potentiels une augmentation de 2 milliards de barils par an (et ceci depuis les 5 dernières années) alors que les réserves prouvées déclarées à la SEC ont, elles, baissé chaque année. 
 […]
La production américaine de pétrole en 2014, a atteint son plus haut chiffre depuis 28 ans, ce qui a eu pour effet de contribuer à la baisse de 20% du prix du pétrole américain depuis la fin du mois de Juin. La production américaine devrait croître de 12% l'année prochaine, au plus haut niveau depuis 1970, selon l'Energy Information Administration (le département américain de l’Énergie). Dans le même temps, la consommation américaine devrait diminuer de 0,2 % cette année, toujours d’après l’EIA.
[…]
La SEC demande aux pétroliers de fournir un rapport annuel indiquant combien de pétrole et de gaz l’entreprise va produire, il s’agit de ce qu’on apple les «réserves prouvées». Les dirigeants des entreprises concernées doivent certifier que les données sont réelles. 
Il n’existe aucune réglementation concernant les annonces faites aux investisseurs. On y évoque plutôt des «ressources potentielles». Dans ces présentations publiques, on inclut les puits qui vont perdre de l’argent, des lieux qui ne seront jamais forés, des concessions où la probabilité qu’elle soit rentable est inférieure à 10%, c’est ce que Bloomberg a trouvé en compilant les données à sa disposition. 
Le résultat, en matière d’indépendance énergétique des Etats-Unis s’exprime plus en terme d’espoir qu’en terme de faits vérifiables. [cette phrase se trouve dans l'article original de Bloomberg].
[…]

L'estimation moyenne des ressources potentielles était de 6,6 fois plus élevée que les réserves prouvées déclarées à la SEC, selon les données compilées par Bloomberg.

Toutes ces surestimations ont un objectif: convaincre de lever l’interdiction d’exportation du pétrole produit aux USA. Si nous avons autant de pétrole que ce qui est annoncé, pourquoi ne pas autoriser l’exportation. Cette levée de l’embargo pris en 1973, permettrait aux entreprises telles que Pioneer, Marathon et Continental de gagner des milliards supplémentaires: le prix du baril sur le marché international, étant en moyenne de 8,5% supérieur au prix du baril sur le marché intérieur américain.

« Si on n’autorise pas les exportations de pétrole, les investisseurs vont aller aillieurs » déclare la sénatrice démocrate du Nord Dakota. « et cela va réduire le développement et les rentrées de dollars ». 
L’entreprise Hess Oil a déclaré à la SEC 659 millions de barils (réserves prouvées pour les Etats-Unis). Au cours de la dernière présentation aux investisseurs, l’entreprise a dit qu’elle possédiat 1,2 milliards de barils rien que pour le gisement de Bakken. Les actions de Hess ont augmenté de 7,9% l’année dernière. Aucun représentant de Hess n’a voulu répondre aux enquêteurs de Bloomberg. 
_______________ fin de l'article_________________

Le tableau complet des chiffres concernant les 73 entreprises se trouve ici !
Après avoir lu cet article, on comprend mieux l'acharnement des lobbies à vouloir à tout prix expliquer que les Etats-Unis ont atteint leur indépendance énergétique, alors que les chiffres prouvent le contraire. De fait, il s'agit d'une partie de bras de fer avec le pouvoir politique fédéral, qui seul, peut lever l'embargo datant du premier choc pétrolier. Et comment faire céder le pouvoir? En lui martelant que le pays étant indépendant énergétiquement, il peut maintenant exporter, sans risquer de déséquilibrer l'économie nationale. 

Posté par boucheaoreille77 à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Au Canada, François Hollande crée la polémique avec les écologistes

Le président de la République a plaidé pour que des entreprises françaises s'impliquent dans l'exploitation des sables bitumineux au Canada, considérée par les associations comme un désastre environnemental.

Fallait-il aller en Alberta ? La visite de François Hollande dans cette région du Canada fait couler beaucoup d'encre et a encore avivé la défiance d'une partie de sa majorité. Le président français s'est ainsi intéressé à l'industrie pétrolière de cette province qui a développé l'exploration de pétrole dans les sables bitumineux. Il a souhaité que l'industrie française s'intéresse à ce secteur.

La Tribune > lire l'article complet

Lire aussi Le Journal de Montréal > Hollande flaire l'odeur du pétrole 
et aussi > France Info > Canada : une catastrophe écologique derrière le pétrole bitumeux de l'Alberta 
et aussi > Attac > Au Canada, François Hollande s’assoit sur les recommandations du GIEC

Posté par boucheaoreille77 à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 25 octobre 2014

Gaz de schiste : les industriels sont prêts à s’engouffrer dans la faille

Le gaz de schiste enterré en France ? La pression des lobbies ne faiblit pas ; l’État français n’adopte pas une position assez claire pour lever les incertitudes. Et les futurs accords de libre-échange du type Tafta, n’incitent pas à imaginer que l’affaire est classée.

La création d’un observatoire pour informer et convaincre sur les bienfaits de l’exploration du gaz de schiste, personne n’en rêvait, une quinzaine d’industriels français le mettront en place d’ici à 2015. Le principe : la création d’un centre d’information et de documentation sur le sujet. Total, GDF Suez, Vallourec…, qui rêvent plus que jamais d’imposer l’idée d’une croissance à l’américaine dopée aux sables bitumineux, en font partie.

l'Humanité > lire l'article complet

Posté par boucheaoreille77 à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mercredi 15 octobre 2014

Gaz de schiste : Eau de Paris s'oppose à l'exploitation sur ses aires de captage

Ce mardi 14 octobre, Eau de Paris a annoncé "[s'opposer] aux gaz de schiste sur ses aires de captage d'eau potable". La régie municipale en charge de la production et de la distribution de l'eau dans Paris "demande le retrait du projet de recherche d'hydrocarbure sur les aires d'alimentation de captage d'eau potable [qu'elle gère]".

Eau de Paris demande "expressément" à Ségolène Royale, ministre de l'Ecologie, "le retrait immédiat de ce projet et qu'aucune autorisation de travaux ne puisse être délivrée à l'avenir sur les aires d'alimentation de captage d'eau potable".

Captages classés prioritaires au titre du Grenelle...

Actu Environnement > lire l'article complet

Posté par boucheaoreille77 à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 14 octobre 2014

Lettre de l'Amicale des Foreurs à Ségolène Royal

L'amicale des foreurs dit merci à S.R. pour avoir mis en consultation publique les permis de Dicy, Montmort et Rouffy. (ceux dont la notice d'impact mentionnaient explicitement la fracturation hydraulique. 

Lisez le communiqué complet, vous y apprendrez que l'Amicale des foreurs “condamnent ces élus qui se disent opposés aux hydrocarbures fossiles […] Ces élus devraient être traduits devant les autorités judiciaires pour « non assistance à pays en danger »”.

Madame la Ministre,

Notre association, forte de quelques 1700 membres, a pris connaissance avec intérêt, à la faveur des consultations publiques que vous avez lancées le 19 septembre écoulé, des dix projets d’attribution de permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures liquides ou gazeux dont ceux de Rouffy, de Montmort et de Dicy que certains d’entre nous connaissent bien pour avoir travaillé dans ces régions dans un passé plus ou moins lointain.

Plutôt que d’adresser leurs commentaires au Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie chacun séparément ce qui aurait créé un volumineux courrier, les membres de l’Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole (AFMP), association régie par la Loi de 1901, que j’ai fondée en 1986 et que je préside depuis cette date, m’ont chargé de le faire en leur nom et place, ce que je fais avec plaisir.

Je tiens donc à vous féliciter d’avoir pris cette décision pleine de bon sens alors que notre facture pétrolière et gazière se monte à quelques 70 Md€ par an et que notre dette publique qui avoisinait 5 000 Md€ au 30 juin 2014 dont 2 023,7 Md€ au sens de Maastricht, (représentant 95,1% de notre 
PIB) et le solde hors bilan est devenue ingérable.

Certes les trois demandes de P.E.R.H. ci-devant ne nous empêcherons pas, en cas de découverte, d’avoir recours à des importations d’hydrocarbures d’origine étrangère mais nous sommes confiants quant aux résultats car ils sont tous trois situés à proximité de systèmes pétroliers reconnus.

...

L'Amicale des Foreurs > lire la lettre intégrale

Posté par boucheaoreille77 à 21:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Des industriels français s'unissent pour le gaz de schiste

Un observatoire sera créé début 2015 pour informer et convaincre sur les bienfaits d’une exploration.

Les pro gaz de schiste ne désarment pas. Une quinzaine d'industriels français phosphorent depuis plusieurs mois sur la création d'un "centre d'information et de documentation" sur le gaz de schiste. L'objectif serait de collecter un maximum de "données et d'informations vérifiées et crédibles, car on entend tout et n'importe quoi sur le sujet", explique l'un des leaders de ce projet. Encore secret - car pas finalisé -, cet observatoire devrait voir le jour à la fin de l'année 2014 ou au début de l'année 2015 pour continuer à peser dans le débat. Il regroupera des industriels, des économistes, des sociologues et des scientifiques pour traiter des questions sur l'exploration, l'exploitation, la technique de fracturation hydraulique.

Parmi ces industriels français devraient s'investir des groupes tels que Total, GDF Suez, Imerys ou encore Vallourec. 

Le JDD > lire l'article complet

Posté par boucheaoreille77 à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Pour les lobbies, il n'y a presque plus d'eau dans le gaz de schiste

Un article, paru dans l'Humanité il y a quelques semaines, fait le point sur l'étude américaine qui dédouanerait la fracturation hydraulique. 

Il est accessible ici

Une très bonne synthèse. Un bon complément au documentaire de Michel Tedoldi qui passe sur France 5 mardi 14 octobre à 20:30

Posté par isa_jouarre77 à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 octobre, France 5, 20:40: Gaz de schiste, les lobbies contre-attaquent

Un documentaire de Michel Tedoldi, à ne pas manquer ! à voir en direct ou pendant 7 jours sur Pluzz ou sur le site de l'émission Le Monde en Face

Depuis des années, les lobbyistes, hommes de main des industriels, jouent dans l'ombre des parties qui sacrifient la santé publique aux intérêts financiers. Vache folle, sang contaminé, amiante : dans ces scandales sanitaires retentissants, ils ont manipulé l'opinion et les politiques en toute impunité. Aujourd'hui, leur nouveau terrain de jeu, c'est les gaz de schiste, dont la France a interdit l'exploitation en 2011. Depuis, les lobbyistes du secteur n'ont qu'un objectif : convaincre les politiques de faire marche arrière. Pour cela, ils noyautent les organes du pouvoir, s'appuient sur des hauts fonctionnaires, s'entourent de scientifiques complaisants, fournissent des études partisanes et bernent les médias.

Programme France 5

Posté par isa_jouarre77 à 01:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,