vendredi 19 février 2016

“Aucun intérêt à conserver le permis de Château-Thierry”

Qui a fait cette déclaration? Le collectif du pays Fertois? non ! Le collectif Carmen? non ! Un(e) militant(e) anti gaz et pétrole de schiste? Que nenni! Alors qui? Jean-Pascal Simard – directeur des relations publiques pour l'Europe de Vermilion Energy

Et oui, dans le Pays Briard J.P. Simard déclare: “il n’y a aucun potentiel de pétrole conventionnel sur ce permis” et aussi “Il n’y a jamais eu de production de pétrole à Jouarre, ce n’était qu’un puits d’exploration qui permettait de connaître le sous-sol. Nous savons maintenant qu’il n’y a aucun intérêt à conserver ce permis de Château-Thierry que nous avions racheté à Hess Oil en 2015. Donc, nous allons nous désengager progressivement, aussi bien à Jouarre qu’à Doue. Nous allons reboucher le puits avant de remettre de la terre végétale et de retourner le terrain au propriétaire agricole qui en est propriétaire ». Le rédacteur de l'article ajoute que ce n’est qu’à partir de ce moment que Vermilion pourra céder ce permis à l’État, d’ici la fin de l’année selon les prévisions.

Deux informations importantes dans ce papier:
• J.-P. Simard ne dit rien sur la présence ou non de pétrole de schiste à l'aplomb du forage de Jouarre.
Il dit qu'il n'y a aucun potentiel de pétrole conventionnel. Franchement, était-il nécessaire d'installer une foreuse en 2013 pour en arriver à cette conclusion? En 1990, le forage de Glairet (à quelques centaines de mètres de la plateforme de La Petite Brosse) avait déjà permis d'obtenir les mêmes informations. Cela ne fait que confirmer que l'objectif initial de ce permis et de ce forage était bel et bien le pétrole de schiste. Entre temps, la loi Jacob était passée par là… 

• Vermilion est-elle prête à renoncer réellement au permis de Château-Thierry? La prolongation en a pourtant été demandée en avril 2014. Si Vermilion y renonce définitivement cela pourrait signifier que les carottes n'ont pas permis d'espérer une rentabilité possible du Lias. Si le carottage effectué en 2013 avait confirmé la présence interessante de pétrole de schiste, Vermilion aurait tout intérêt à conserver le permis de Château-Thierry. En effet, si la fracturation redevenait légale en France, le permis pourrait être valorisé soit directement soit en le revendant. A moins que la baisse du prix du baril soit tout à fait dissuasif… 

 

 

Jouarre Vermilion n'en a pas fini avec la Seine-et-Marne !

19/02/2016 à 10:01 par Pierre Choisnet La nouvelle avait surpris et laissé place à quelques spéculations ! Fin janvier, les Seine-et-marnais qui fréquentent quotidiennement les environs de Jouarre constataient que le pétrolier canadien Vermilion était en train de reboucher son puits de forage à la concession de "La Petite Brosse", située sur le permis de Château-Thierry.

http://www.lepaysbriard.fr


http://www.lepaysbriard.fr/vermilion-n-en-a-pas-fini-avec-la-seine-et-marne-23391/

Posté par isa_jouarre77 à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


mardi 10 novembre 2015

Les anti-gaz (et pétrole) de schiste toujours mobilisés

Isabelle Lévy présente le masque prévu pour la manifestation du 29 novembre à Paris.

Les militants ne baissent pas les bras. Ils restent plus que jamais vigilants face aux évolutions des pétroliers.

Le Collectif du Pays Fertois continue à dire “Non au pétrole de schiste !” Il a organisé une réunion publique le 4 novembre, à la salle Saint Paul de Jouarre. Isabelle Lévy y a fait le point sur le dossier de l’exploration/exploitation du pétrole et du gaz de schiste. Elle a aussi présenté les actions de la Coalition Climat 21 mobilisée dans le contexte de la COP 21.

Le ton est donné dès le début de la réunion. « Les nouvelles ne sont pas bonnes ». Isabelle Lévy annonce le rachat par la compagnie Vermilion de Hess Oil, ce qui permet au premier producteur d’hydrocarbures liquides en France d’entrer en possession du permis de Château-Thierry.

Elle annonce également que la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, « vient d’octroyer trois nouveaux “permis exclusif de recherche d’hydrocarbure” (PERH) dont un dans notre région. Il s’agit du permis de Champfolie. » Elle note : « Par ailleurs le préfet de Seine-et-Marne vient d’autoriser la compagnie Vermilion à effectuer 30 nouveaux forages sur la concession de Champotran… »

Le Pays Briard > lire l'article complet

mercredi 30 septembre 2015

Vermilion désormais seul propriétaire du permis de Château-Thierry

Dernières nouvelles sur le permis de Château-Thierry et sur la problèmatique de l'extraction des gaz et huiles de schiste et gaz de houille:

la Sté pétrolière Hess Oil a été absorbée par Vermilion et porte désormais le nom de Vermilion Louise. Bertrand Demont, qui en était le dirigeant, ne fait plus partie du personnel , ni Guillaume Defaux qui était en charge de la communication, entre autres.

Vermilion est donc désormais le seul détenteur du permis de Château-Thierry et le seul interlocuteur.

La demande de prolongation du permis de Château-Thierry pour sa deuxième période est toujours en cours d'instruction dans les services du Ministère.

Ségolène Royal, depuis son arrivée, a malheureusement déjà signé des autorisations de prolongation de permis. En particulier,  le permis dit  de "La Folie de Paris" où elle a signé à la fois, une mutation au profit d'un nouvel opérateur et une prolongation. La coordination nationale des collectifs français anti-gaz et huiles de schiste et de houille a réagi : sous l'égide des Amis de la Terre, elle a  déposé un recours gracieux suivi d'un recours contentieux devant le tribunal administratif de Cergy. L'affaire n'a pas encore été jugée.

Collectif Carmen > lire l'article complet

dimanche 6 septembre 2015

Vermilion seul maitre à bord sur le permis de Chateau-Thierry

Pour cette nouvelle rentrée, voici quelques nouvelles.
Tout d'abord, Hess Oil France a disparu, pour être remplacé, absorbé par Vermilion. 
En effet, le 16 juin dernier, Vermilion a absorbé Hess Oil France, par l'intermédiaire d'une nouvelle filiale, intitulée Vermilion Louise. 
L'entreprise Hess Oil France a changé de président (c'est le président de Vermilion qui dirige Hess Oil), a changé d'adresse (l'entreprise est désormais domiciliée à Parentis, dans les Landes. C'est le siège de Vermilion)et a changé de nom, désormais l'entreprise s'appelle Vermilion Louise. 
Tout a été rendu public il y a quelques jours seulement.
Vermilion est désormais seul maitre à bord sur le permis de Chateau-Thierry. Il en est détenteur (depuis l'absorption de Zaza France par Vermilion), mais par un tour de passe-passe complexe, Hess était propriétaire de 100% des parts. Hess absorbée par Vermilion, les parts du permis de Chateau-Thierry reviennent dans l'escarcelle de Vermilion. 
Désormais, Vermilion n'a plus à négocier avec quiconque en ce qui concerne le permis de Château-Thierry. 
La prolongation est toujours en cours d'instruction. Pour combien de temps? Est-ce que la prolongation va être bientôt signée? 
On peut dire que Hess n'était pas dans les petits papiers du ministère. En revanche on peut dire que Vermilion est plutôt "bien en cours". 
Vermilion vient juste de subir un revers ces derniers jours: il y a eu une enquête publique avant d'autoriser Vermilion à forer une dizaine de nouveaux puits dans l'Essonne.
Et, bonne surprise, le commissaire enquêteur a rendu un avis défavorable. Cela ne veut pas dire que le préfet va interdire les forages, cela signifie seulement que Vermilion n'est plus aussi "chevalier blanc-propre-sur-lui" qu'avant. 
La suite bientôt…

Posté par boucheaoreille77 à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 4 mars 2015

Ségolène Royal signe la prolongation exceptionnelle du permis de St Just en Brie

Mise à jour du 6 mars - article Actu Environnement > cliquer le lien en dernière ligne ci-dessous.

Arrêté du 23 février 2015 accordant la prolongation exceptionnelle du permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures conventionnels liquides ou gazeux, dit « Permis de Saint-Just-en-Brie »

Comment est-il possible que la ministre, Ségolène Royal, signe un arrêté accordant la prolongation exceptionnelle du permis exclusif de recherche de mines d'hydrocarbures CONVENTIONNELS. 

Cette notion n'existe pas dans le code minier ! 

Dans le rapport (3392) produit pour l'Assemblée Nationale, signé par Michel Havard et Jean-Paul Chanteguet (4 mai 2011), on trouve page 25: 

La recherche d’huile de roche-mère est plus avancée dans le bassin parisien. Elle s’opère à partir de permis exclusifs de recherches non dédiés. Ces permis ne distinguent pas le type de gisement recherché et l’on peut espérer trouver sur un même périmètre des accumulations traditionnelles et des gisements de d’huiles de roche-mère à des horizons différents (Lias et Trias). Les recherches peuvent également être conduites sur le périmètre d’une concession accordée pour l’exploitation d’une accumulation traditionnelle. Ainsi, c’est à partir de la concession dite de «Champotran » que Vermillon REP a foré deux puits de recherches d’huile de roche-mère qui produisent actuellement quelques m3 par jour.

A l’examen des déclarations d’ouverture des travaux miniers, il apparaît que deux opérateurs se proposent de réaliser des forages « tests » de production d’huile de roche-mère à partir d’un puits vertical : Toreador Energy France et Vermilion REP.

Toreador, associé aujourd’hui à la société Hess, a obtenu en octobre 2010 un arrêté préfectoral encadrant ses travaux miniers pour le forage de trois puits de recherches sur son permis de recherche dit de « Château-Thierry ». Il a déposé d’autres déclarations de travaux pour son permis de recherche de « Mairy ». Des projets de forage d’exploration sont également formés pour le permis de recherches de Leudon-en-Brie.

Vermilion REP dispose d’arrêtés préfectoraux pour poursuivre ses travaux de recherches d’huile de roche-mère sur ses concessions dites de « Champotran » et de « Donnemarie ». Vermilion REP envisage également des travaux de recherche à l’horizon Lias dans son permis de recherches de « Saint-Just-en-Brie ».

Lire aussi article du 6 mars 2015 - Actu Environnement > Gaz de schiste : vers le renouvellement des permis bloqués depuis 2011 ?


vendredi 10 octobre 2014

Delphine Batho, "l'insoumise", tombe de haut

Le livre de l'ancienne ministre de l'Écologie est une charge féroce contre François Hollande et sa politique énergétique, abandonnée aux intérêts privés.

Elle a cru en François Hollande. Elle en est revenue, comme beaucoup d'autres. Delphine Batho, l'ancienne ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, décrit dans "L'insoumise" ses batailles et les reculades du chef de l'État quant à la transition écologique. Et cela, au moment où la loi, défendue par Ségolène Royal, est discutée au Parlement et où la reconduction d'Henri Proglio à la tête d'EDF est entre les mains du président. Dans cet ouvrage, Delphine Batho pointe surtout les zones d'ombre de la politique énergétique de la France et l'incapacité de l'appareil d'État à la maîtriser...

Extrait : Plusieurs fois, les parapheurs comprenant les actes entérinant les prolongations et les mutations des permis dits de Château-Thierry, de Mairy et quelques autres m'ont été transmises. Chaque fois, certaines questions techniques précises restaient sans réponse, et je ne signais pas.

Le Point > lire l'article complet

lundi 15 septembre 2014

Nouveau périmètre du permis de Château-Thierry

Il y a quelques semaines nous avions envoyé une lettre au nouveau préfet de Seine-et-Marne, lui demandant de nous transmettre les informations concernant la demande de renouvellement du permis de Château-Thierry. La réponse est arrivée ce matin, contenant la copie de la lettre de demande de prolongation signée par Vermilion Moraine ainsi que le nouveau plan du permis de Château-Thierry. 

Nous savons maintenant quelles zones Vermilion (détenteur du permis de Château-Thierry) a choisi de garder à l'appui de sa demande de renouvellement, actuellement à l'étude. En effet, le renouvellement n'est pas un acte automatique. Entre autres choses, le détenteur du permis doit proposer une nouvelle carte:la surface conservée pour la deuxième période doit être égale à la moitié de la surface précédente. Le code minier prévoit la possibilité d'avoir plusieurs surfaces discontinues. C'est la solution retenue par Vermilion. Le "nouveau" permis de Château-Thierry est donc composé de deux entités, l'une contenant la plateforme de Jouarre, l'autre l'emplacement de la plateforme de Rozoy-Bellevalle. C'est un joli clin d'oeil envoyé aux deux collectifs intervenant sur ce permis de Château-Thierry. La partie ouest est celle sur laquelle intervient le collectif du pays Fertois, la partie orientale étant celle sur laquelle intervient le collectif Carmen. Cette division en deux entités séparées ne modifiera évidemment pas la collaboration entre les deux collectifs!

permisCTNew96

mardi 26 août 2014

Arrêté ministériel refusant la mutation du permis de Château-Thierry

L'action s'est déroulée au cours de l'automne 2013. Toutefois nous n'avons eu connaissance du document officiel que très récemment. 

Voici le texte de l'arrêté signé par Philippe Martin refusant la mutation du permis de Château-Thierry au profit de Hess Oil France

A lire et à conserver ! 

Refus_CHATEAU THIERRY

Posté par isa_jouarre77 à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Renouvellement du permis de Château-Thierry : demande de document à Monsieur le Préfet de Seine & Marne

Petit rappel historique:

  • Le permis de Château-Thierry a été accordé pour cinq ans, en 2009, à la société Toréador. 
  • La société Toreador a été rachetée par la société Zaza en 2011. Zaza est alors devenu détenteur du permis de Château-Thierry
  • Et Zaza a été rachetée par l'entreprise Vermilion Moraine (une filiale de Vermilion) en 2012. Vermilion Moraine est alors devenu détenteur…

Toutefois, il semble que Vermilion Moraine n'ait pas prévu de rester détenteur de ce permis. Si tout s'était déroulé comme le souhaitaient les principaux acteurs de la pièce (Vermilion et Hess), le permis de Château-Thierry aurait du être récupéré par Hess Oil France, à la suite d'une opération appelée “mutation” (nom donné à la transmission d'un permis de recherche exclusif d'hydrocarbures liquides ou gazeux). 

Un petit grain de sable dans le scénario, pourtant apparemment sans faille, n'a pas permis à Hess Oil de devenir détenteur du permis de Château-Thierry: Philippe Martin, alors ministre de l'écologie, s'est opposé à la mutation au profit de Hess Oil France.

Vermilion Moraine reste donc officiellement détenteur du permis de Château-Thierry. Le code minier prévoit que seul le détenteur du permis peut en demander la prolongation. Le code minier prévoit aussi que la surface du territoire affecté par ce permis doit être divisée par deux pour la seconde période. Nous aimerions bien évidemment connaître la surface que Vermilion Moraine entend conserver pour cette deuxième phase du permis. 

Le collectif a adressé la lettre suivante au nouveau préfet de Seine & Marne afin d'obtenir les documents permettant de connaître la teneur de la demande de renouvellement du permis dit de Château-Thierry émanant de la société Vermillon Moraine, dans un souci de transparence tout à fait légitime.

la lettre envoyée au préfet de Seine & Marne

vendredi 23 mai 2014

Lettre conjointe de la région IDF et du Conseil Général 77 à Ségolène Royal

Le Conseil Régional d'Ile-de-France et le Conseil Général de la Seine & Marne adresse une lettre conjointe à Ségolène Royal concernant le permis de Mairy (Marne). Après plusieurs épisodes judiciaires, Hess Oil a réussi à obtenir une astreinte de 10.000 euros par jour (payable à partir du 30 mai 2014). Cette astreinte a pour but d'obliger l'Etat à justifier son refus de prolonger le permis de Mairy.

• Une fois encore, comme à l'automne dernier, les services du ministère de l'écologie tentent de faire croire à leur ministre qu'elle est dans l'obligation de signer pour ne pas avoir à payer l'astreinte. Il n'en n'est rien. La seule obligation faite au ministre est de justifier son refus.

• Comme à l'automne dernier, on découvre que le ministère ne s'est pas défendu devant le Conseil d'Etat.

Les élus de Seine et Marne ainsi que J. Krabal (député de l'Aisne) avaient participé à la première réunion au Medde en novembre 2013. 

C'est à la suite de cette première réunion que nous avions pu présenté des arguments que le ministre de l'époque, Philippe Martin, avait retenu pour justifier de son refus de signer les mutations de 7 permis du Bassin Parisien revendiqués par Hess Oil. 
Malheureusement, il semble que les dossiers que nous avions apportés n'aient pas été transmis à la nouvelle ministre… 

Le 10 mai, une quarantaine de collectifs avaient signé une lettre destinée à Ségolène Royal lui demandant de ne signer ni arrêté de mutation ni prolongation du permis de Mairy.

La région Ile-de-France et le département alertent à leur tour Ségolène Royal sur le même sujet…

lettre_CG77_IleDeFrance

Posté par boucheaoreille77 à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,