mercredi 13 janvier 2016

La France n'accordera plus de permis de recherches d'hydrocarbures conventionnels

Toute nouvelle demande de permis de recherches d'hydrocarbures conventionnels sera refusée en France, en accord avec la loi de transition énergétique qui prévoit une baisse de la consommation des énergies fossiles, a déclaré mardi soir lors d'un débat parlementaire la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal.

Promulguée en août 2015, la loi de transition énergétique prévoit notamment une réduction de la consommation énergétique finale de 50% en 2050, par rapport à 2012, et une réduction de la consommation primaire des énergies fossiles de 30% en 2030. 

C'est à la lumière de ces nouveaux choix, consolidés par la loi de transition énergétique, que le ministère met en place un système de refus de toute nouvelle demande d'autorisation de recherches d'hydrocarbures conventionnels, a déclaré Mme Royal, interrogée à l'Assemblée nationale par le député socialiste Yves Blein.

Selon des données publiées sur le site du ministère, la France comptait 54 permis de recherches actifs au 1er juillet 2015, et quelque 130 demandes de permis de recherches. 

Puisqu'il faut réduire la part des énergies fossiles, pourquoi continuer à donner des autorisations de recherches d'hydrocarbures conventionnels' Et c'est précisément la prise de position qui est la mienne, à savoir ne plus délivrer d'autorisation de recherches d'hydrocarbures conventionnels, puisqu'il faut inciter les groupes industriels qui s'engagent dans ce type d'activité à réorienter leurs investissements vers la production d'énergies renouvelables ou vers la production de l'efficacité énergétique, a expliqué la ministre. 

Les activités d'exploration pétrolière ne sont autorisées que dans le cadre de la recherche d'hydrocarbures conventionnels, a-t-elle rappelé, tandis que la fracturation hydraulique, seule technique éprouvée pour exploiter les hydrocarbures de schiste, est interdite en France. 

(©AFP / 12 janvier 2016 23h29) 

Cette décision aura t-elle une incidence sur les renouvellements de permis déjà octroyés ?


jeudi 3 décembre 2015

Pourquoi le gaz de schiste n'est pas une énergie de transition

declin marcellus

Pour qu’une énergie dite « de transition » soit intéressante pour assurer le passage aux énergies propres et recyclables, elle doit être relativement abondante, moins émettrice de GES que les énergies fossiles, ne pas nécessiter d’investissements supplémentaires trop lourds (supérieur à celui requis pour la poursuite de l’exploitation des énergies fossiles) et avoir une disponibilité et un rendement comparable aux énergies fossiles dominantes actuelles : le charbon, le pétrole et l’uranium . 

  • Les réserves européennes sont très insuffisantes...
  • Le gaz de schiste est un puissant gaz à effet de serre...
  • L’exploitation du gaz de schiste nécessiterait un investissement très coûteux...
  • Le prix anormalement bas aux États Unis...
  • Les gisements de gaz de schiste produisent pour de courtes périodes...
  • La production de gaz de schiste est elle-même grande consommatrice d’énergie...
  • La transition vise aussi à préserver des ressources comme l’eau...
  • La transition vers un modèle durable suppose de préserver des réserves...
  • La spécificité de l’exploitation par la mise en œuvre de nombreux forages...
  • Les forages lorsqu’ils ne sont plus rentables seront rebouchés constituant de possible « bombes à retardement »...

Stop Gaz de Schiste > lire l'article complet avec des chémas très parlants !

Posté par boucheaoreille77 à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 15 février 2015

Amendement pro schiste au Sénat

Décidément, le Sénat ne semble pas trop du côté des citoyens ces temps-ci, mais prend plutôt partie pour les multinationales, que ce soit sur le sujet des pesticides, de l'eau, notamment la loi Brottes sur les coupures d'eau illégales, et là sur la question des hydrocarbures non conventionnels au mépris de tous les objectifs de baisse de nos émissions de gaz à effet de serre...

Le projet de loi sur la transition énergétique est actuellement examiné au Sénat et un amendement a été déposé par des sénateurs prévoyant d'ajouter un alinéa 8 à l'article 49 en indiquant cette phrase : 

"Il prévoit à ce titre la vérification du potentiel de notre pays en hydrocarbures non-conventionnels." 

qui vise à intégrer, dans le volet de la programmation pluriannuelle de l’énergie relatif à la sécurité énergétique, la nécessaire identification du potentiel énergétique de la France en matière d’hydrocarbures non-conventionnels ,

Réagissons rapidement par mail auprès des sénateurs pour leur montrer que nous suivons leurs débats d'une part, et pour leur demander de rejeter cet amendement qui va à l'encontre des objectifs de réduction de la consommation d'énergie fossile de 30 % d'ici 2030 et de 40% de nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, d'autre part (nous sommes d'accord que ces objectifs ne sont pas encore suffisants), sachant que c'est la voie ouverte à l'exploration des hydrocarbures non conventionnels.

Lettre type à votre sénateur : vous  pouvez vous inspirer de cette lettre, ou bien l'envoyer telle quelle à votre sénateur*, soit en votre propre nom, soit au nom de votre collectif. 
Leurs nom et adresses sont ici !
*Notons que les sénateurs n'étant pas élus directement, il serait bon d'interpeller vos maires, avant que le vote n'ait lieu à l'Assemblée Nationale !  Si sénateurs et députés tombent d'accord, nous devons nous mobiliser !

mercredi 9 avril 2014

Les mercredis de la documentation française : Transition énergétique et gaz de schiste


Transition énergétique et gaz de schiste : pour... par DILA

Où l'on entend encore (entre autres et pas seulement) qu'en Seine-et-Marne, les populations sont regroupées dans des villages et que forer dans les champs, çà ne gênerait personne !

Posté par boucheaoreille77 à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 24 septembre 2013

Solidarité et soutien des collectifs allemands

Chers militants français contre la fracturation hydraulique, Chers Désobéissants, Chers Dindons de la Farce,

C’est avec grand intérêt que nous avons suivi de ce côté-ci du Rhin l’action menée ces derniers jours à Jouarre pour attirer l’attention des médias et du grand public sur l’hérésie que constitue ce type de forage à l’époque de la transition énergétique en Europe. 

Nous, les collectifs allemands contre la fracturation hydraulique, tirons notre chapeau bas face à cet acte de désobéissance civique mis en œuvre par nos confrères et consoeurs français. Votre action, votre courage, votre détermination sont pour nous un exemple à suivre quand l’heure sera venue de défendre notre sous-sol, notre eau, nos paysages et notre air non plus dans l’arène civile et politique, mais sur le terrain. Quand les arguments de la raison ne seront plus entendus et que la conciliation et la négociation – instruments de revendication traditionnels en Allemagne – nous sembleront vaines, il sera alors temps pour nous de suivre nos amis français et d’adopter leur tempérament combattif pour défendre « bec et ongle » ce qui nous est cher. 

Par la présente, Nous, les collectifs allemands contre la fracturation hydraulique, exprimons notre entière solidarité aux collectifs français agissant pour la même cause : la transition énergétique et l’interdiction totale de la fracturation hydraulique.

NI ICI NI AILLEURS - NI AUJOURD’HUI NI DEMAIN 
Lünne, le 23 septembre 2013 
Rozenn Le Calvez, Au nom des collectifs allemands contre la fracturation hydraulique

Publié sur Aldeah.org

lundi 23 septembre 2013

Des actes, pas des paroles ! Les Dindons disent non à la politique de l’autruche !

jouarre 22092013-1

22 septembre 2013, 23h59

Les Dindons réussirent leur pari : montrer qu’au moment-même où la Conférence environnementale disait programmer la transition énergétique à l’horizon 2030, les pétroliers redoublaient d’efforts, en 2013, à la recherche d’hydrocarbures parmi les plus polluants ! Ce matin, le collectif des Dindons de la farce occupa, pendant plus de 5 heures, la plateforme pétrolière de la Petite-Brosse à Jouarre (Seine-et-Marne). La foreuse utilisée par l’entreprise états-unienne Hess Oil, conçue pour forer dans les schistes, fut immobilisée et décorée d’une banderole clamant « STOP FORAGES».

La garde républicaine finit par déloger les Dindons de leur perchoir, mais le message eut le temps de parcourir les méandres du net, les dépêches de presse, les réseaux sociaux virtuels et physiques, même au-delà de nos frontières !

Aldeah > lire le communiqué complet

vendredi 19 juillet 2013

Gaz de schiste : les pétroliers s'engouffrent dans les failles

Reportage de Nicolas Joxe à Jouarre où Hess vient d'installer une foreuse

En France, le débat national sur la transition énergétique s'est achevé officiellement jeudi et c'est un fiasco. Le Medef et d'autres organisations patronales n'ont pas l'intention de signer le texte qui prévoit 15 recommandations. Le désaccord porte entre autres sur l'exploitation du gaz de schiste, à laquelle François Hollande est fermement opposée. Pourtant en région parisienne, des entreprises pétrolières poursuivent leur exploration du sous-sol. 

Merci à Arte pour ce reportage court mais de très bonne qualité, contrairement à ce que l'on peut visionner habituellement sur les médias institutionnels.

jeudi 6 juin 2013

Réunion de collectif le 13 juin

cfertois_logo

Le collectif se réunira

jeudi 13 juin à 20 h

Maison des associations
Allée du Jumelage
à la Ferté sous Jouarre


Ordre du jour 

 

  • Commentaires et explications à propos du rapport intermédiaire de l'OPESCT (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques), de la circulaire BATHO et des arrêtés qui en découlent
  • Comparatif entre la fracturation hydraulique utlisée pour les forages pétroliers et dans le cadre de la géothermie.

  • Présentation des bio-carburants de 1ère, 2ème et 3ème génération dans le cadre des énergies alternatives, par Alain DUCROUX

 

Si vous êtes intéressé(e), n'hésitez pas à nous écrire en utilisant la rubrique Contactez l'auteur.

lundi 22 octobre 2012

Le gaz de schiste pourrait être "un enjeu considérable"

Pierre Gadonneix, le président du Conseil mondial de l'énergie, était l'invité du Grand journal de BFM Business, ce vendredi 19 octobre. Il a évoqué la transition énergétique et notamment la possible exploitation du gaz de schiste.

BFMTV > lire l'article complet